Jean Marc DOYEN - Licinius et Constantin - Vingt-trois études de numismatique et d’histoire (1978-2019)

18,50 €
TTC Livraison rapide !!

Le nouveau Doyen en tirage limité ! Chez Bnumis les dédicaces sont possible !!!

Quantité
Encore en stock !!


Notez que mes images HD font apparaitre des défauts souvent invisibles en mains. Si toutefois vous hésitez encore, et si aucune vidéo n'est intégrée en description, demandez-moi en une. Vous pourrez ainsi vous faire une meilleure idée de la monnaie que vous recevrez ! Demander une vidéo


Tirage limité !

Dédicace possible sur demande mais expédition plus longue.


Bruxelles 2019, broché, (21,5 x 28 cm), 181 pages ; 673 g.



Frères ennemis liés par un destin commun qui leur fut imposé par une Tétrarchie en pleine déliquescence, Flavius Valerius Aurelius Constantinus, césar d’abord (306-307) puis auguste (307-337) et Flavius Galerius Valerius Licinianus Licinius (308-324) furent contraints de s’entendre et de collaborer afin de gérer un Empire en mutation.

Après une décennie d’incessantes disputes, leurs armées s’affrontèrent finalement en 324 ; les batailles d’Andrinople (3 juillet) et de Chrysopolis (18 septembre) furent fatales à Licinius, laissant Constantin seul maître de l’Empire. Mais de 308 à 324, les deux augustes se querellèrent régulièrement en tentant de placer en ordre utile de succession leurs enfants respectifs : Licinius junior d’une part, et d’autre part les nombreux fils et neveux de Constantin ‒ Crispus, Constantin II, Constance II, Constant, Dalmatius et Hannibalianus, éliminés les uns après les autres. La logique veut que ce soit le plus cruel des descendants de Constantin, Constance II, qui ait survécu.

Les années 307-324 sont captivantes à plus d’un titre. À la monotonie du monnayage des différentes Tétrarchies succède un renouveau iconographique. D'anciens thèmes sont remis au goût du jour alors que des revers nouveaux font leur apparition. À l’uniformité soigneusement élaborée pour des raisons politiques des portraits tétrarchiques, se substitue la dernière grande efflorescence de l’iconographie impériale romaine, avec en tête la production de l'atelier de Lyon.

JMDv2

Fiche technique

Thème
Rome