Couverture du livre de Jean marc Doyen iconographie monétaires des empereurs Valerien I et Gallien
  • Couverture du livre de Jean marc Doyen iconographie monétaires des empereurs Valerien I et Gallien

DOYEN J.-M. - L'ICONOGRAPHIE MONETAIRE DES EMPEREURS VALERIEN I ET GALLIEN

17,50 €
TTC Livraison rapide !!

Cet ouvrage de Jean-Marc DOYEN s'intègre facilement dans la série de nos catalogues. Il s’agit d'un recueil de travaux originaux (1985-1987) qui n'avais jamais été traduit de l'allemand. Chaque chapitre est augmenté des notes de l'auteur 30 ans après ! Indispensable !

Quantité
Encore en stock !!


Notez que mes images HD font apparaitre des défauts souvent invisibles en mains. Si toutefois vous hésitez encore, et si aucune vidéo n'est intégrée en description, demandez-moi en une. Vous pourrez ainsi vous faire une meilleure idée de la monnaie que vous recevrez ! Demander une vidéo


Le livre :

Ce petit volume est formé de la réunion de sept articles ‒ certains scindés à l’origine en deux livraisons pour des raisons d’ordre éditorial ‒ publiés entre mars 1985 et novembre 1987 dans la revue allemande Geldgeschichtliche Nachrichten.

Jean-Marc DOYEN. Recueil de travaux originaux (1985-1987) qui n'avais jamais été traduit de l'allemand. Chaque chapitre est augmenté des notes de l'auteur 30 ans après ! Indispensable ! 

Format poche, 314 p., nombreuses planches hors-texte.



Cmr7

Fiche technique

Thème
Rome

Introduction de 1985 ©


Depuis toujours, le classement du monnayage de Valérien (253-260) et de son fils et corégent Gallien (253-268) a posé des problèmes aux numismates qui se sont penchés sur la question. Depuis les travaux d’Otto VOETTER et surtout les excellentes études d’Andreas ALFÖLDI, l'attribution de la plupart des pièces à l'une ou l'autre officine monétaire en activité à cette époque est possible. Toutefois, de nombreuses publications récentes de monnaies de sites ou de trésors montrent toujours des erreurs d'attributions flagrantes qui, bien évidemment, rendent peu utilisables les données statistiques qui dé-coulent logiquement de ces études.

La cause principale de ces erreurs d'attribution repose sur un manque de données récentes sur la question : les articles d'Alföldi sont maintenant vieux d'un demi-siècle et parfois difficiles à consulter. De plus, de nombreux points de détail ont été modifiés dans des études plus récentes, par exemple par Robert GÖBL ou Edward BESLY & Roger BLAND. Il était donc nécessaire de faire le point sur nos connaissances concernant les différentes images monétaires utilisées dans les ateliers fonctionnant ou créés au cours du règne conjoint de Valérien et de Gallien puis de Gallien seul. Le classement systématique du monnayage de cette époque permet de distinguer les productions de neuf ateliers : "Gaule" (Cologne ?), Milan, Rome, Sirmium (?), Siscia, Viminacium, Éphèse (?), l’atelier secondaire d'Orient (Samosate ?) et Antioche. À ceux-ci, nous pouvons ajouter les productions irrégulières de quelques ateliers d'imitations qui, dès avant 260, alimentent la circulation occidentale en copies d'antoniniens, de Rome et de Cologne principalement, et les innombrables villes grecques qui poursuivent la production du bronze jusque vers le fin du règne seul de Gallien. Nous ne tiendrons pas compte, dans la série de textes que nous présentons ci-dessous, de ces dernières, dont les dénominations et les types iconographiques sont trop différents de ceux propres au monnayage impérial.

Nous consacrerons un chapitre à chacun des ateliers cités ci-dessus, et aux imitations des types émis par ceux-ci. Nos efforts porteront principalement sur l'illustration que nous désirons aussi abondante que possible, de manière à présenter, pour chaque type d'effigie, les variantes stylistiques principales.

Nous sommes conscients que ces petites études ne résoudront pas tous les problèmes, mais nous espérons que les numismates et les collectionneurs qui désirent aller plus loin qu'un simple classement suivant le catalogue établi voici un siècle par Henri COHEN ‒ dont le classement alphabétique des revers montre un renoncement à toute organisation chronologique du matériel – ou que le volume V du Roman Imperial Coinage qui, sous une présentation qui se veut scientifique, offre une classification des plus douteuse où les imitations et les faux côtoient des pièces inexistantes ou mal décrites, et qui en rendent la consultation à peu près inutile.