REVIEW L. SCHMITT – GALLIEN – L’ÉMISSION DU BESTIAIRE, Édition 2019

    Couverture du livre concernant l'émission dite du bestiaire, nouvelle édition (2019)
    Catalogue des monnaies romaines – Gallien- L’émission dite du bestiaire, nouvelle édition.

    Compte rendu de lecture sur le livre des monnaies de Gallien, édition 2019

    Cette deuxième édition de l’émission dite « du bestiaire » paraît deux ans après la première (2017), revue et augmentée de nombreux inédits et nouvelles combinaisons reposant sur une base de plus de 11 000 antoniens avec 31 types et 40 bustes différents sur 188 pages et 55 planches dont dix de copies et d’imitations, de très bonne qualité pour une impression laser de l’ouvrage avec une couverture souple solide qui se manipule facilement. Toutes les monnaies en fin d’ouvrage sont reproduites à l’échelle 1:1,5, ce qui facilite la lecture et l’identification de ces monnaies souvent mal conservées.
    Néanmoins des photos à l’échelle 1 auraient été les bienvenues, mais cela n’enlève rien à la qualité de cet ouvrage, sans prétention, qui rendra d’utiles services aux collectionneurs et aux autres lecteurs.


    L’auteur reprend exactement le plan de la première édition, mais l’ouvrage a pris 36 pages, dont 24 planches, entre les deux parutions.


    Après le sommaire, (p. 7), la préface de Jean-Marc Doyen sert aussi de propos liminaire historique au livre (p. 8-9), suivi de l’introduction de l’auteur (p. 11), de notes liminaires concernant la production illégale, les descriptions du catalogue et les variantes de revers, pour finir sur les marques d’officines (p, 13-17).


    Avant d’aller plus loin, il est nécessaire de rappeler que cette émission dite « du bestiaire » est la dernière de l’atelier de Rome en 267-268 pour le règne de Gallien (253-268). L’atelier de Rome fonctionne avec douze officines (numérotées de A à N en lettres grecques pour les neuf premières, X à XII en chiffres romains pour les trois dernières), pour Gallien et son épouse Salonine. C’est une émission très importante et, grâce à l’ouvrage de Cédric Wolkow, nous en découvrons toute la richesse et la variété.

    Pourquoi avons-nous cette appellation du bestiaire ? Au revers de cette émission, des animaux, lionne, lion, panthère, taureau, sanglier, chèvre, antilope, cerf, biche, gazelle ou hippocampe, sont représentés, associés à des animaux mythiques comme Pégase, le griffon, le centaure ou le cryocampe.

    Toutes ces représentations sont associées à des légendes liées aux principaux dieux du panthéon gréco-romain comme Apollon, Diane, Jupiter, Mercure, Neptune et Junon (pour Salonine) associés à Hercule, Liber ou bien Sol.

    Page 18, nous trouvons les abréviations ainsi que l’échelle de rareté de l’auteur, de C+ à unique, basée sur un inventaire de 11 066 antoniniens.

    Nous avons ensuite un guide de consultation (p. 19-21) en français et (p. 22-24) en anglais.

    Les pages 25 à 32 sont très importantes, y sont dessinés les quarante différents types de bustes pour Gallien qui se rencontrent pour cette émission avec le système de code Bastien que nous utilisons à Cgb.fr, mais aussi le code utilisé par les Britanniques dans la série Coin Hoards. Nous avons aussi les deux types différents de rubans (lemnisiques) qui se rencontrent pour l’émission du bestiaire.

    La page 33 nous offre le tableau des douze officines. Enfin, très important, à la page 34, l’auteur nous fournit un tableau de correspondance pour les bustes entre le code Bastien, le code anglais et le code utilisé dans MIR de R. Göbl (autrichien) avec celui de l’auteur.

    Au total, vous trouvez 28 variétés pour les bustes. Des pages 35 à 99, , suit le catalogue de l’émission classé alphabétiquement par types de revers, d’Apollini cons avg à Soli cons avg pour Gallien sans oublier Ivnoni cons avg pour Salonine, son épouse.

    Nous avons au total pour le bestiaire lui-même 31 possibilités principales pour les douze officines de l’atelier de Rome. Nous avons aussi deux légendes possibles : GALLIENVS AVG et IMP GALLIENVS AVG pour Gallien et SALONINA AVG ET CORN SALONINA AVG pour Salonine. Pour chaque type de revers, vous allez donc trouver les différents bustes qui y sont associés.

    L’auteur illustre aux pages 101-111 les différentes variantes de revers au nombre de 41.

    Nous avons ensuite les tables de référence avec les différents exemplaires et leur provenance (p. 113-125). Les tables de correspondances entre le CMR (Volkow) et le MIR et du MIR avec le CMR ont malheureusement disparu de cette édition. Au total, le CMR regroupe pour le moment 164 entrées individualisées. Une bibliographie des ouvrages principaux (p. 127-130) vient compléter l’ouvrage et précède 178 exemplaires photographiés à l’échelle 1,5 (p. 121-152) ainsi que 40 imitations.

    N’attendez pas pour vous vous procurer cette seconde édition de cet ouvrage qui sera très certainement vite épuisée comme ce fut le cas pour la première.

    Laurent SCHMITT (ADR007)

    ACHETER LE LIVRE DANS LA BOUTIQUE

    VOIR LA COLLECTION DES ÉDITIONS BNUMIS ET LES AUTRES LIVRES SUR GALLIEN

    Autre article concernant Gallien par le même auteur : Gallien et le monnayage des légions (2008)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *