Aller au contenu

Comment déterminer l’axe des coins d’une monnaie ?

    monnaies romaines

    Temps de lecture 2mn


    SE PERFECTIONNER > LES BASES > LES MONNAIES ROMAINES DE A à Z

    L’axe des coins, définition

    Pour aller au plus simple, l’axe des coins (1) est l’orientation de la gravure du motif du droit par rapport à celui du revers.

    Cet axe est exprimé en heures :

    • « douze heures » indique que le coin est orienté, sur un axe vertical, vers le haut de la pièce,
    • « six heures », vers le bas.

    Généralement l’axe des coins est à 6 heures pour les frappes qu’on appelle « frappe monnaie », à 12 heures pour les frappes en médaille.

    L’observation de l’axe des coins est donc notée par les numismate par des chiffres de 1 à 12 représentant les heures du cadran d’une montre ou horloge.

    Notons que pour des jetons, on parle de « retour » horizontal ou vertical.

    Axe des coins & la frappe au marteau

    En numismatique romaine, l’axe des coins permet parfois de classer certaines émissions par atelier dont les habitudes ont été observées au préalable.

    Dans le cas de la frappe au marteau (monnaies antiques & féodales), pour ne pas fatiguer le coin on frappe en principe (il s’agit de moyennes observées) :

    • axe des coins, 50% à 6h,
    • axe des coins, 50 % à 12h.

    Comment calculer l’ axe des coins de votre monnaie ?

    • Prendre la pièce entre le pouce et l’index ;
    • faire faire à la pièce une rotation de 180° (comme on tourne les pages d’un livre, par exemple, de gauche à droite ou vice et versa mais pas de haut en bas) ;
    • si l’autre face est dans le même sens: c’est une frappe médaille, orientation à 12h (exemple 1);
    • si l’autre face est à l’envers: c’est une frappe monnaie, orientation à 6h (exemple 2) ;
    • on rencontre fréquemment sur les monnaies antiques des décalages à tous les degrés.(exemple 3)
    • toujours se dire que le haut du motif représente l’aiguille d’une horloge à midi ou minuit.

    Exemple 1 – Frappe médaille (12 h)

    monnaie suisse, frappe à 6h

    Exemple 2 – Frappe monnaie (6h)

    Antoninien de Gallien axe des coins 5h

    Exemple 3 – Frappe à 5h

    ***

    Attention à ne pas se tromper de sens de rotation :

    (1) : Coin (du latin cuneus). Matrice de métal souvent cylindrique gravée en creux (négatif) de sorte que, au contact du flan monétaire lors de la frappe, le type est imprimé en relief. Dans la frappe manuelle on distingue le coin de trousseau tenu à la main par le monnayeur  (qui était frappé sur le flan au moyen d’un lourd marteau) et le coin de pile dont l’autre extrémité était fichée dans un billot  qui recevait le flan à frapper.

    coin de trousseau

    Coin de trousseau républicain (Fabia) passé en vente chez C.G.B.


    Pour recevoir les prochains articles,
    inscris-toi ici
    👇

    Rejoins +700 abonnés à la newsletter et deviens génial en numismatique !

    Vous aimez nos articles?

    Dans la même catégorie :

    ***

    banniere google


    5 commentaires sur “Comment déterminer l’axe des coins d’une monnaie ?”

    1. merci pour ces indications très claires. De quand date l’usage généralisé en France de la frappe monnaie à 6 heures. Merci

    2. Bonjour José.
      La seule réponse que j’ai trouvé à votre question sur l’utilisation généralisée de la frappe monnaie en France, c’est que les monnaies ont toujours frappées tête-bêche jusqu’à l’arrivée de Euro.
      Donc a supposer, selon moi, depuis au moins la création de la monnaie de Paris en 864 par Charles II le Chauve.
      Après, il se peut que ce soit inexact, voir même à côté de la plaque, mais c’est tout ce que j’ai pu trouvé à titre personnel.

    3. Bonsoir Cédric,
      En reclassant la partie de mes collections dédiée à l’empire romain, j’ai remarqué un détail troublant auquel vous pourriez éventuellement apporter une réponse. En effet, disposant de six antoniniens frappés aux effigies des empereurs Gordien III et Philippe l’Arabe (IIIème siècle – Anarchie militaire), il m’est apparu que les monnaies à caractère dédicatoire (dieux, victoires, épouses, …) accompagnées de courts slogans avaient été produites en frappe médaille, tandis que les monnaies commémoratives renseignant les titres honorifiques (Pontifex Maximus, COnSul, Pater Patriae, TRibunitia Postestas, etc) apparaissaient en frappe monnaie. S’agit-il d’une habitude clairement identifiée plutôt que d’une simple coïncidence? Et dans l’affirmative, est-ce une symbolique uniquement limitée à cette époque et à cette unité de compte? Qu’en est-il exactement?
      Merci de votre réponse.
      Thierry.

    4. Bonjour,
      Totale coïncidence. Avec seulement 6 monnaies, l’échantillon n’a aucune valeur statistique. Pour les orientations des coins sous Gordien III, il faut lire le livre de Eddy sur le trésor d’Antioche, qui est remarquable (et qui concerne aussi bien Rome qu’Antioche). The Minting of Antoniniani A.D. 238-249 and the Smyrna Hoard, Samuel K. EDDY (dispo chez mon collègue Archaion de Bruxelles d’ailleurs)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Désolé, ce contenu est protégé. Merci pour votre compréhension :)