Aller au contenu

La Bataille de Panormus en -251 : la victoire sur les pachydermes

    La Bataille de Panormus en -251 :  la victoire sur les pachydermes

    Temps de lecture : 5 mn


    PRATIQUER > LES MONNAIES RACONTENT L’HISTOIRE

    L’histoire romaine regorge de récits de batailles épiques et de stratèges brillants. Parmi ces héros, Lucius Metellus se distingue par son génie militaire. En 251 av. J.-C., en tant que proconsul de Rome, Metellus a fait face à une menace redoutable : les éléphants de guerre carthaginois…

    Retour sur une victoire romaine et l’adoption de l’éléphant comme emblème par la gens Caecilia et les héritiers de Metellus.

    Le Contexte de la première guerre punique

    La Première Guerre Punique (264-241 av. J.-C.) fut déclenchée par des rivalités commerciales et territoriales entre Rome et Carthage, deux puissances montantes en Méditerranée occidentale. La Sicile, position stratégique clé, devint le principal théâtre des hostilités.

    Rappelons ici brièvement les principales batailles :

    • la bataille de Mylae (260 av. J.-C.) : Première grande victoire navale romaine, où la flotte carthaginoise fut sévèrement battue.
    • la bataille de Drepanum (249 av. J.-C.) : Défaite navale majeure pour Rome, marquant un revers temporaire dans leur domination maritime.
    • et celle des Îles Aegates (241 av. J.-C.) : Victoire décisive de Rome, mettant fin à la guerre avec des conditions favorables pour les Romains.
    Denier Lutatia, RRC 305/1
    Denier Lutatia, RRC 305/1 | Le revers remémore la grande victoire navale de C. Lutatius Catulus aux îles Aegates sur le général carthaginois Hannon.

    Le contexte de la bataille de Panormus

    Panormos (l’actuelle Palerme) était une colonie phénicienne sous le contrôle de Carthage depuis le VIe siècle.

    En 254 avant J.-C., Palerme est conquise par les Romains. Après la défaite de Carthage, la Sicile, y compris Palerme, devient la première province romaine en dehors de la péninsule italienne.

    Bronze de Panormous (AE11) avec crabe et lettres puniques | 4e-3e siècle
    Bronze de Panormous (AE11) avec crabe et lettres puniques | 4e-3e siècle

    Mais à la fin de l’année 252 av. J.-C. ou au début de 251 av. J.-C., Carthage réussit à réprimer une révolte en Libye et déploya ensuite une armée en Sicile sous le commandement d’Hasdrubal.

    Ayant combattu à Tunis sous la direction de Xanthippe, Hasdrubal avait également transféré un contingent d’éléphants de guerre à Lilybée.

    L’Assaut de Hasdrubal

    Hasdrubal, convaincu que les Romains étaient paralysés par la peur de ses éléphants, marcha vers la ville, ravageant les champs de blé en cours de route. Après avoir franchi le fleuve Orethos, l’armée carthaginoise se retrouva aux portes de Palerme, prête à attaquer.

    Metellus, usant de ruse, laissa les Carthaginois s’approcher afin que son plan de bataille contre les pachydermes fonctionne correctement.

    Il fit entasser tous les javelots disponibles au pied des remparts de la ville et envoya ses vélites provoquer une charge des éléphants.

    1/2 Shekel d'argent avec éléphant représentant la puissance carthaginoise au revers et peut être Hasdrubal au droit
    1/2 Shekel d’argent avec éléphant représentant la puissance carthaginoise au revers et peut être Hasdrubal au droit

    La stratégie de Metellus

    Hasdrubal, emporté par son ardeur, lance une attaque frontale avec les éléphants en tête, visant les défenseurs postés sur les murs et dans les fossés de la ville. Lorsque les éléphants avancent pour disperser les troupes légères romaines, ils sont assaillis par une pluie de javelots, de traits et renforcés par les tirs nourris des archers postés sur les murs de la ville.

    Denier de Caecilius Metellus (RRC 262/1) avec scalpe d'éléphant au revers
    Denier de Caecilius Metellus (RRC 262/1) avec scalpe d’éléphant au revers

    Les éléphants blessés, dont beaucoup avaient perdu leur cornac, devinrent furieux et se retournèrent contre les soldats carthaginois qui suivaient derrière eux.

    La panique s’empara des troupes carthaginoises, et la flotte qui se trouvait à l’arrière tenta en vain de les récupérer.

    Une défaite écrasante

    Profitant de la confusion, Metellus ordonne à ses légions d’attaquer l’aile gauche des Carthaginois. Cette manœuvre audacieuse réussit et provoque la déroute totale de l’armée carthaginoise.

    Les Romains, plutôt que de poursuivre leurs ennemis en fuite, capturent tous les éléphants. Ce fut une défaite sans précédent pour les Carthaginois, avec des pertes s’élevant à plus de 20 000 hommes.

    Denier C. Caecilius Metellus Caprarius frappé en -125, le bige d’éléphants à droite rappelle la victoire de Lucius Cæcilius Metellus
    Denier C. Caecilius Metellus Caprarius frappé en -125, le bige d’éléphants à droite rappelle la victoire de Lucius Cæcilius Metellus

    Le triomphe à Rome

    À la suite de cette victoire, Metellus proposa aux prisonniers le pardon et la liberté à ceux capables de mener les éléphants capturés sans cornac jusqu’à Rome. Des radeaux immenses furent construits pour traverser le détroit de Messine, recouverts de terre et d’herbe pour rassurer les éléphants.

    Le 7 septembre 251 av. J.-C., les éléphants défilèrent enfin à Rome lors du triomphe de Metellus sur les Puniques. Ne sachant que faire de ces animaux, les Romains organisèrent une venatio au Circus Maximus, où tous les éléphants furent massacrés, exorcisant ainsi la peur de ces créatures qui régnait sur le peuple romain depuis des années.

    Après la bataille : la vie de Lucius Metellus

    Après sa victoire contre les éléphants de guerre carthaginois, Lucius Caecilius Metellus continua de se distinguer.

    En 247 av. J.-C., il fut élu consul avec Numerius Fabius Buteo. Ensemble, ils assiégèrent Lilybée, un port stratégique en Sicile, mais la garnison carthaginoise résista vigoureusement, et le siège se prolongea bien au-delà de leur mandat.

    Denier de Q. Caecilius Metellus Pius frappé vers - 81
    Denier de Q. Caecilius Metellus Pius frappé vers – 81

    En 241 av. J.-C., Metellus, alors pontife, accomplit un acte héroïque en sauvant les objets sacrés du temple de Vesta lors d’un incendie, au prix de sa vue. Cicéron rapporte que c’est la vision des objets sacrés qui le rendit aveugle, et non les flammes.

    L’héritage de Metellus

    Denier de Q. Caecilius Metellus Pius Scipio 47-46 av. J.-C. | Monnaie de l'armée pompéienne en Afrique
    Denier de Q. Caecilius Metellus Pius Scipio 47-46 av. J.-C. | Monnaie de l’armée pompéienne en Afrique

    Grâce à lui, les Romains ont non seulement vaincu leurs ennemis, mais ont aussi appris à transformer leurs peurs en une source de force et de victoire.

    Cette victoire fut immortalisée par la famille de Metellus, qui fit orner toutes ses monnaies d’éléphants pour commémorer la stratégie judicieuse de Lucius Metellus.


    Vous aimez nos articles?

    Origine des images

    • Denier Lutatia, RRC 305/1, BNF
    • Harlan J. Berk, Buy Or Bid Sale 216, Lot 119
    • Zeugitania, Carthage. Silver 1/2 Shekel, Ira & Larry Goldberg Coins & Collectibles, Auction 135, Lot 1727
    • Denier C. Caecilius Metellus Caprarius frappé en -125 avné, BNF n° REP-6091
    • Dr. Busso Peus Nachfolger, Auction 438, Lot 3129
    • Denier de Q. Caecilius Metellus Pius Scipio, Auktionen Münzhandlung Sonntag, Auction 19, Lot 6

    Dans la même catégorie

    La Bataille de Panormus en -251 : la victoire sur les pachydermes

    En 251 av. J.-C., en tant que proconsul de Rome, Metellus a fait face à une menace redoutable : les …

    Monetariorum bellum, une « guerre des monétaires » à Rome sous Aurélien

    Pendant l'anarchie militaire, c'est aussi l'anarchie monétaire ! Des ouvriers se remplissent les poc…

    L’année des quatre empereurs : Galba, le romain des temps anciens

    Les dernières années du règne de Néron furent agitées. Des complots (Pison, en 65) et des révoltes (…

    L’année des 4 empereurs : Vindex, le rebelle & Civilis le Batave

    En 65, la conjuration de Pison avait échoué et entrainé la condamnation au suicide de Sénèque et Luc…

    3 commentaires sur “La Bataille de Panormus en -251 : la victoire sur les pachydermes”

    1. Le coup de (Ba)bar est évité grâce à une intervention Céleste. Les Grecs se sont toujours vus en Alexandre, mais ils s’intéressent trop à la Flore et aux Pomme. Quand le vent souffle, gare au Zéphyr.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Désolé, ce contenu est protégé. Merci pour votre compréhension :)