Aller au contenu

Dater les monnaies romaines selon le style

    Portraits romains sur monnaies romaines

    Temps de lecture : 7 mn

    SE PERFECTIONNER > LES ESSENTIELS > ART ET SOCIÉTÉ

    Les numismates et numismatistes expérimentés situent chronologiquement une monnaie romaine en un coup d’œil : les styles sont éloquents à qui sait les regarder. La finesse des portraits julio-claudiens, le vérisme des flaviens, l’aspect éthéré des antonins, plus oriental des sévères, martial du IIIè siècle, puissant de la Tétrarchie ou de plus en plus dépersonnalisé et symbolique du IVè siècle guident le connaisseur vers une datation qui peut parfois se révéler assez précise.

    Les monnaies romaines tirent principalement leur valeur de la qualité des portraits impériaux qui ont pour fonction première de rendre l’image de l’empereur familière. Cette fidélité peut être un atout précieux pour l’identification et même la datation interne d’un règne.


    Au premier siècle

    Au cours du premier siècle, les monnaies romaines se caractérisent par un réalisme poussé, souligné par des reliefs forts qui mettent en valeur les masses musculaires et les traits du portrait.

    Cette esthétique classique peut être interprétée comme une volonté de mettre en avant la force et la puissance de l’empereur, ainsi que son rôle de chef militaire.

    Les empereurs sont souvent représentés avec une expression sérieuse et déterminée, soulignant leur autorité et leur fermeté. Cette approche de l’iconographie impériale peut également être vue comme une continuité avec la tradition artistique grecque, qui valorisait l’idéal de la beauté physique masculine, reflet normalement des qualités morales.

    Le classicisme polyclétéen d’Auguste

    Auguste, denier
    Auguste | denier

    Le classicisme polyclétéen en portrait romain se réfère à un style artistique qui s’est inspiré des canons de proportions établis par le sculpteur grec Polyclète, ainsi que des idéaux esthétiques grecs classiques, pour créer des portraits romains caractérisés par un souci de symétrie, d’harmonie et de proportion, ainsi que par une représentation idéalisée des traits physiques des individus de la classe dirigeante romaine.

    👉 Voir l’article dédié aux monnaies d’Auguste : chef-d’œuvres de la numismatique

    Le baroque hellénistique de Néron

    Le baroque hellénistique est un style artistique qui s’est développé pendant l’époque impériale romaine, caractérisé par une représentation dynamique et dramatique des sujets, avec des effets de lumière et d’ombre prononcés, des poses contorsionnées et des expressions faciales expressives.

    Ce style a cherché à exprimer la puissance, la grandeur et les émotions intenses des personnages représentés, reflétant ainsi les idéaux artistiques grecs tout en mettant en avant le pouvoir et la grandeur de l’empire romain.

    👉 Voir l’article dédié au style sur les monnaies romaines de l’empereur Néron

    Néron, denier
    Néron | denier

    Le réalisme plébéien des Flaviens

    Contrairement aux portraits aristocratiques qui mettaient en avant la noblesse et la dignité de la classe supérieure, le réalisme plébéien en portrait romain est un style artistique qui a cherché à représenter les individus ordinaires de manière réaliste et détaillée, en utilisant des techniques qui ont permis de capturer l’apparence et la personnalité des sujets.

    Les graveurs utilisent des techniques telles que le réalisme des détails anatomiques, des rides, des taches et des cicatrices pour donner une apparence authentique aux sujets.

    Titus, denier
    Titus | denier

    Au deuxième siècle

    Le style des monnaies romaines du deuxième siècle se distingue par la représentation de personnalités individuelles, mais qui sont davantage axées sur l’intériorité que sur la mise en valeur de la puissance physique.

    Autrement dit, les portraits sont plus subtils et moins exagérés que ceux du premier siècle, et cherchent à exprimer la personnalité et la psychologie de l’empereur plutôt que son pouvoir physique.

    Les 5 bons empereurs : Nerva, Trajan, Hadrien, Antonin & Marc Aurèle
    Les 5 bons empereurs : Nerva, Trajan, Hadrien, Antonin & Marc Aurèle

    Cette évolution peut être due à un changement dans la vision de l’empereur, qui est de plus en plus considéré comme un souverain civilisé et érudit, capable d’apporter la paix, la prospérité et la stabilité à l’empire romain, plutôt qu’un conquérant militaire.

    deniers de Lucius Verus et commode

    On notera une touche artistique baroque qui est utilisé de Lucius Verus à Commode et qui se prolongera un peu sous les sévère qui auraient voulu faire croire à une continuité dynastique.

    Sous les Sévères

    Durant la dynastie des Sévères, les portraits impériaux sur les monnaies romaines reflétaient l’image que chaque empereur voulait projeter de lui-même.

    Par exemple, le portrait de Septime Sévère est caractérisé par une expression rigoureuse et sévère, reflétant son image d’empereur autoritaire et dur. En revanche, le portrait de Sévère Alexandre est plus doux et sensible, mettant en valeur sa réputation d’empereur bienveillant et généreux.

    portrait de Septime sévère et Alexandre Sévère

    Cette tendance à personnaliser l’image impériale sur les monnaies reflète le contexte politique de l’époque, marqué par des rivalités et des luttes de pouvoir entre les différents membres de la dynastie. Elle peut également être interprétée comme une tentative de renforcer la légitimité de l’empereur en montrant une image qui correspond aux attentes de la population ou des élites de l’époque.

    Évolution du portrait de Caracalla pendant son règne
    Évolution du portrait de Caracalla pendant son règne

    A partir du IIIème siècle

    À partir du IIIème siècle, les monnaies romaines présentent des conventions qui rendent l’identification et la datation des portraits plus difficiles. Par exemple, sous le règne d’Aurélien, on trouve des monnaies où le buste de l’empereur âgé précède celui de l’empereur jeune, alors que la tradition voudrait que le buste jeune précède le buste âgé.

    Portrait d'Aurélien en 270, 273 et 274 dans le même atelier (Rome)
    Portrait d’Aurélien en 270, 273 et 274 dans le même atelier (Rome)

    Cette inversion conventionnelle complique l’identification précise de ces monnaies et de leur chronologie. De manière générale, la période du IIIème siècle a été marquée par des troubles politiques, des usurpations, des guerres civiles et des invasions barbares, qui ont entraîné une instabilité chronologique et une diversité stylistique importante sur les monnaies romaines.

    Ces facteurs ont rendu difficile la datation précise des monnaies et la reconnaissance des portraits impériaux.

    Mais retenons quelques caractéristiques :

    Entre 250 et 274, on observe sur les monnaies romaines une dominance de portraits impériaux représentant des bustes âgés, barbus et stéréotypés. Les empereurs sont souvent représentés avec des traits stéréotypés, sans réelle individualisation ou caractérisation. Les monnaies de cette période témoignent d’une volonté de stabilisation et de continuité dans l’iconographie impériale, dans un contexte de crises politiques et militaires.

    Portrait de Tacite (ticinum)
    Portrait de Tacite (Ticinum)

    À partir de la réforme d’Aurélien en 274 jusqu’à celle de Dioclétien, les portraits impériaux présentent des visages sévères et allongés, avec un grand cou de style net et incisif.

    Cette nouvelle esthétique des portraits impériaux sur les monnaies romaines marque une rupture avec les conventions antérieures et témoigne d’une évolution significative et de nouveaux besoins et d’ objectifs dans l’art de la monnaie.

    Durant la tétrarchie, qui correspond à la période allant de 284 à 313, les portraits impériaux sur les monnaies romaines présentent une stylisation géométrique, avec des statures larges et des traits dépouillés.

    Les empereurs sont représentés de manière égalitaire, avec une absence de hiérarchisation visuelle. Cette approche esthétique correspond à l’idéologie politique de la tétrarchie, qui prônait le partage du pouvoir entre quatre empereurs.

    Portrait de Maximien Hercule (Alexandrie)
    Portrait de Maximien Hercule (Alexandrie)

    Sous les fils de Constantin, qui règnent de 337 à 361, les portraits impériaux romains se caractérisent par une élégance un peu molle et féminine, avec des cheveux longs tombant sur la nuque parée du diadème impérial.

    Cette esthétique est une conception différente du portrait et de la fonction impériale qui valorisent son image avec des traits délicats et soignés .

    Portrait de Constantin II (Constantinople)
    Portrait de Constantin II (Constantinople)

    Au IVème siècle

    Au IVème siècle, l’esthétique des portraits impériaux romains évolue pour refléter la sacralisation de la fonction impériale, de plus en plus imprégnée de christianisme.

    Les empereurs sont représentés de manière hiératique et symbolique, avec un style qui préfigure les formes de l’iconographie byzantine. Les portraits impériaux présentent les souverains de face, avec des traits réguliers et des expressions sereines, exprimant leur pouvoir et leur autorité divine.

    Theodose II | Solidus
    Theodose II | Solidus

    Ces représentations symboliques s’inscrivent dans le contexte historique de l’Empire romain en pleine transformation, où le christianisme devient de plus en plus influent et où la figure de l’empereur se transforme progressivement en figure d’autorité religieuse. Les portraits impériaux servent alors à incarner cette nouvelle vision de l’empereur, en tant que représentant de Dieu sur terre et garant de la stabilité de l’Empire.

    Au fil du temps, les portraits impériaux vont progressivement s’effacer devant les représentations du Christ et de la Vierge, qui deviennent les figures centrales de l’iconographie chrétienne. Cette évolution marque la fin de l’esthétique romaine traditionnelle et le début d’une nouvelle ère de l’art chrétien, où les représentations symboliques et hiératiques vont dominer pendant des siècles.

    Basile II | Solidus
    Basile II | Solidus

    Pour recevoir les prochains articles,
    inscrivez-vous ici
    👇

    Rejoignez +800 abonnés à mes emails et devenez génial en numismatique !

    Vous aimez nos articles?

    Avis Google
    Clique sur l’image pour laisser quelques étoiles !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Désolé, ce contenu est protégé. Merci pour votre compréhension :)