Aller au contenu

Les empereurs impossibles à collectionner

    les empereurs romaines rarissimes

    Temps de lecture : 7 mn

    SE PERFECTIONNER > ESSENTIELLES


    L’histoire de Rome regorge de personnages qui ont tenté de prendre le pouvoir impérial en se proclamant empereurs, souvent à la suite d’une rébellion ou d’une guerre.

    Alors que certains ont réussi à s’emparer du pouvoir impérial pour une période plus ou moins longue, beaucoup ont rapidement échoué et ont été vaincus par leurs rivaux.
    Les qualités requises pour rester empereur de Rome deviennent de plus en plus difficiles à réunir au fil du temps. Les dangers étant de plus en plus présents, ils ne peuvent être surmontés que par les volontés les plus fortes.

    Plongez dans l’univers des empereurs les plus rares de la numismatique romaine et découvrez les monarques antiques qui font rêver les collectionneurs les plus aguerris !


    La monnaie comme marque de pouvoir

    Tout comme aujourd’hui, la marque de pouvoir légitime dans l’Antiquité était principalement liée à la frappe monétaire. En effet, le contrôle effectif d’un territoire était étroitement lié à la circulation de la monnaie portant la marque de l’autorité en place.

    Le premier acte du nouvel empereur auto-proclamé était de faire frapper des pièces à son effigie, afin de légitimer son pouvoir. Pour le numismate, le premier défi consiste à identifier et à dater ces émissions monétaires, car elles sont souvent la seule trace tangible restante d’un empereur éphémère et fugace.

    Les empereurs impossible à collectionner…ou presque

    Ces empereurs auto-proclamés ont proliféré à partir de l’époque de l’anarchie militaire qui a suivi la dynastie des Sévères. À cette époque, la pourpre impériale était considérée comme le dernier échelon de la course aux honneurs pour les militaires victorieux.

    Bien que les noms des ces empereurs rares ne soient pas familiers, chacune de leurs monnaies est considérée comme un joyau dans les collections, tant pour les numismates que pour les musées qui ont la chance d’en posséder.

    ✦✦✦

    PACATIEN

    Pacatien était un général qui se trouvait à la tête des légions danubiennes à la fin de l’année 248 ou au début de l’année 249 lorsqu’il fut proclamé empereur par ses troupes qui s’étaient rebellées contre l’autorité de Philippe l’Arabe.

    Ce dernier envoya son général Dèce pour réprimer la sédition. Pacatien aurait été tué par ses propres soldats avant de rejoindre les troupes de Dèce. Trajan Dèce dans un premier temps refusé la pourpre mais a finalement accepté le titre d’empereur et a mené une campagne contre Philippe et son fils.

    JOTAPIEN

    Jotapien, à la même période, s’est insurgé contre Priscus, le frère de Philippe, qui avait été nommé gouverneur de Syrie et opprimait la population en prélevant des impôts excessifs.
    Philippe a résolu le problème en nommant un autre gouverneur en Orient et en plaçant son frère à la tête d’une autre province de l’empire. Plus tard, après l’avènement de Dèce, les légions qui avaient soutenu Jotapian finissent par le tuer, ce qui rétabli le calme en Orient.

    SILBANNACVS

    Silbannacus, l’un des empereurs rares impossible à collectionner est un personnage dont la seule trace historique connue est une monnaie unique conservée au British Museum et une seconde monnaie (région parisienne, vers 1980) . Il n’a laissé aucune autre marque dans l’histoire.

    Sylvianne Estiot propose le scenario suivant : à l’automne 253, l’empereur Émilien quitte Rome pour affronter Valérien et est tué en Italie du nord par ses propres soldats. Les partisans d’Émilien restés à Rome auraient alors proclamé Silbannacus et auraient fait frapper une nouvelle monnaie en reprenant le motif d’un revers d’Émilien. Silbannacus aurait été ensuite éliminé peu après par les troupes de Valérien à son arrivée à Rome.

    REGALIEN ET DRYANTILLE

    Régalien et son épouse (?) Dyrantille ont tenté de prendre le pouvoir lors de la chute de l’empereur Valérien, mais ils étaient si mal équipés et confinés dans leur province de Pannonie que la plupart de leurs émissions monétaires ont été surfrappées sur des pièces d’autres empereurs.

    Domitianus II

    Lors de la mort inopinée de Victorin, les troupes rhénanes étaient divisées à propos de son successeur, d’où le délai qui a permis de frapper des Divo Victorino.

    C’est le « civil » Tétricus, sénateur d’Aquitaine, qui a finalement été choisi, mais cela a dû foncièrement déplaire à certains soldats, d’où la tentative avortée d’imposer un nouvel officier : Domitien II, après Postume, Lélien, Marius et Victorin…

    Désormais deux antoniniens des mêmes coins sont connus. Le premier du trésor « Des Cléons » découvert en 1900 près de Nantes (monnaie conservée au musée Dobrée à Nantes et désormais à la BnF). Le second exemplaire a été découvert en Grande-Bretagne dans le trésor de Chalgrove.

    Un des empereurs rares les plus important à signaler car des modestes collectionneurs français peuvent en avoir dans leur collection sans le savoir. En effet, la pièce peut être assez aisément confondue avec un Tétricus de tout début de règne, si elle n’est pas bien nettoyée ou courte de flan !

    SATURNIN

    Saturnin, l’un des généraux de Probus, est principalement connu des numismates pour quelques aurei frappés à Alexandrie, où il était stationné avec ses troupes. Un des empereurs rares les plus rares donc !
    Ce général talentueux, d’origine gauloise (ou maure selon Zosime), avait été chargé par Aurélien de surveiller la frontière orientale et avait brillé dans des commandements militaires en Gaule, en Afrique et en Espagne.
    Bien qu’il soit apprécié de Probus, il a quand même décidé de prendre la pourpre en Palestine après avoir fui les honneurs de la population en se retirant d’Alexandrie. Il était conscient que cet acte allait inévitablement le condamner tôt ou tard.

    Il a donc pleuré en s’adressant à ses soldats :

    « Je sais quels sont les dangers d’être à la première place ! Mais ici le cas est encore bien plus effrayant. En me déclarant le rival de Probus, dont je dois tenir à l’honneur d’être le lieutenant, aimé de tous et digne de l’être, je me précipite dans une mort inévitable. Si quelque chose me console c’est que je ne périrai pas seul. ».

    Bien que Probus ait souhaité épargner Saturnin, les troupes orientales se sont battues contre les rebelles, ce qui a forcé Saturnin à se barricader dans le château d’Apamée, où il a finalement été égorgé.

    Domitius Domitianus

    En juillet 296, une rébellion éclata en Égypte menée par Domitius Domitianus contre l’empereur Dioclétien et sa réforme fiscale. Domitianus prit le contrôle d’Alexandrie, entraînant une contestation dans toute l’Égypte. Il s’autoproclama empereur et tenta de rétablir l’ancien système monétaire. Dioclétien ne pouvait tolérer la perte de l’Égypte et prit personnellement la tête de la reconquête.

    Après un long siège de la ville, Dioclétien finit par remporter la victoire, fit exécuter Domitianus et ferma l’atelier de frappe colonial pour le remplacer par un atelier impérial. Le comble pour les numismates : un empereur arrivé au pouvoir pour des raisons monétaires !

    Si Domitianus fait partie des empereurs rares il n’est par contre pas impossible à collectionner, il suffit juste d’un peu de chance.

    Domitius Alexander

    Vicaire d’Afrique & patron du diocèse sous la tétrarchie, Alexandre est à l’initiative d’une tentative d’usurpation assez brève de 308-309 à 310.

    Lorsque Maxence se révolta contre Sévère II et prit le contrôle de Rome le 28 octobre 306, Alexandre le soutint. Toutefois, leur relation s’est rapidement détériorée, peut-être sous l’influence de Constantin ou de Maximien Hercule lui-même, et au printemps 308, Alexandre se proclama empereur, privant Maxence de l’approvisionnement vital en grains provenant de l’Afrique. Maxence envoya Rufus Volusianus pour récupérer cette province cruciale pour Rome. Après une campagne longue et difficile, Alexandre, battu, se suicida et des représailles eurent lieu en Afrique.

    Tout comme Domitianus, Alexandre fait partie des empereurs rares mais il n’est par pas impossible d’avoir une monnaie à son effigie dans son médaillier.

    Fin de l’Empire

    La période de la fin de l’Empire romain d’Occident est également marquée par une série d’empereurs rares et improbables, tels qu’Olybrius, en 472, qui régna seulement six mois avant de mourir d’hydropisie.

    Il est suivi par Glycerius, empereur romain d’Occident, du 3 mars 473 au 24 juin 474. Après sa déposition en juin 474 il est nommé évêque de Salone en Dalmatie.

    Et bien sûr Romulus Augustule, le dernier empereur de Rome qui a été nommé comme une marionnette par des généraux barbares contrôlant l’armée. Il fut proclamé empereur le 31 octobre 475. Il était encore très jeune et pour cette raison qu’il eut le surnom d’« Augustulus » qui signifie « le petit empereur ».


    Vous aimez nos articles?

    Bibliographie

    ✦✦✦

    Origine des images

    • Pacatien : Classical Numismatic Group, Triton V, Janvier 2002, n° 2088
    • Jotapien : Classical Numismatic Group, auction 114 (2020), lot 967
    • Sylbannacus : British museum
    • Régalien : Classical Numismatic Group, Triton XIII, 2020, lot 342
    • Domitianus II : image communiquée par D. Hollard (B.N.F.)
    • Saturnin : Classical Numismatic Group
    • Domitius Domitianus : Classical Numismatic Group, Auction102, Lot 1091
    • Alexandre : Classical Numismatic Group, auction 118
    • Olybrius : Numismatica Ars Classica, NAC AG, Auction 34, Lot 120
    • Glycerius : Classical Numismatic Group, Triton XIX, Lot 686
    • Romulus Augustule : Classical Numismatic Group, Mail Bid sale 66, Lot 1661

    Avis Google
    Clique sur l’image pour laisser quelques étoiles !

    2 commentaires sur “Les empereurs impossibles à collectionner”

    1. Excellent et instructif comme d’habitude ! chapeau Cédric, plus qu’un pro qui vend, un instructeur et d’excellents conseils sur la numismatique super maestro

    2. Paul-Francis JACQUIER

      il en manque quelques uns: par ex. Valens (co-empereur de Licinius) ou Sebastien (frère de Jovin). Par contre les monnaies d’usurpateurs comme Domitius Domitianus ou Alexandre de Carthage, voire même Pacatien ne sont pas (ou ne sont plus) si rares qu’un collectionneur ne puisse pas les avoir dans sa collection…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Désolé, ce contenu est protégé. Merci pour votre compréhension :)